Qu’est-ce que le SIDA du chat ?

Le chat est exposé à diverses infections durant sa vie, parmi lesquelles le SIDA. On en entend beaucoup parler chez l’Homme et pas suffisamment chez ces petits félins. Pourtant une forme du virus existe chez cet animal. On parle ici de virus de immunodéficience féline. Maladie virale aussi grave que chez l’humain, de nombreux chats en sont atteints à travers du monde. Pour mieux comprendre la pathologie, il est nécessaire de cerner différents points, à l’instar des modes de transmissions de la maladie, les symptômes et de l’évolution de l’infection et les traitements existants.

Les modes de transmission du SIDA du chat

Comme dans le cas de l’Homme, le virus du SIDA du chat peut se transmettre par voie sexuelle. Un chat sain qui a des rapports avec un autre qui est infecté a de fortes chances d’être contaminé. La transmission de mère à chatons est possible, mais cela n’arrive généralement que lors du stade initial de l’infection. Le mode de transmission le plus courant est celui du contact entre chat sain et chat infecté. Il ne s’agit pas ici du fait pour deux félins de procéder à un toilettage mutuel ou encore de partager le même bol de lait. C’est habituellement au cours des bagarres donnant lieu à des morsures que le virus est transmis.

Ainsi, les chats qui sont le plus exposés à cette pathologie qu’est le SIDA du chat sont les chats d’extérieur. Errant dans les rues, les chances qu’ils tombent sur un ou plusieurs chats infectés et qu’ils se livrent à une bataille de territoire sont grandes. Idem pour les rapports sexuels. En conséquence, les chats d’intérieur sont plus à l’abri. Précision doit être faite, que la maladie ne se transmet pas de l’animal à l’Homme. C’est donc sans crainte qu’une cohabitation peut exister entre un chat infecté et un ou plusieurs humains.

Chat sombre et triste

Les symptômes et évolutions du SIDA du chat

Le SIDA du chat n’est pas facilement perceptible, sauf à faire un dépistage. Le chat peut en souffrir pendant plusieurs mois sans que son propriétaire ne s’en rende compte. Toutefois, certains signes constituent des alertes. Ainsi en est-il de la fièvre, de la fatigue, des problèmes respiratoires et des infections de la bouche et des yeux. En effet, le chat infecté voit son système immunitaire s’affaiblir progressivement au fur et à mesure que la maladie évolue. De manière plus explicite, différents symptômes vont se manifester selon la phase à laquelle le félin se trouve.

Lorsque le chat est infecté par le virus, il est courant qu’il soit sujet à de la fièvre. Celle-ci est toutefois modérée. Les ganglions lymphatiques vont quant à eux prendre un peu en taille. Souvent, au bout d’une soixantaine de jours ces signes disparaissent. Il faut être très attentif pour les remarquer. Cette phase passé, le chat est alors déclaré séropositif et tout comme chez l’humain il ne présente aucun symptôme visible. Cette phase a une durée variable selon le cas.

En effet, la maladie peut se réveiller à tout moment, sans raison particulière. À ce stade, le système immunitaire de l’animal est très affaibli. Ceci s’explique par la destruction des globules blancs alors responsables de la défense contre les maladies. L’animal devient extrêmement sensible à de nombreuses infections et développe plusieurs maladies qui peuvent atteindre les intestins et les voies urinaires. Dans certains cas, on a recensé des cancers du sang une fois le félin arrivé en phase terminale. La mort est l’issue finale du SIDA du chat. Il existe toutefois comme pour l’humain des traitements qui permettent d’améliorer la vie de l’animal et retardent la survenance de la mort.

Le traitement du SIDA du chat

Il n’existe pas de traitement connu du SIDA du chat qui permet de guérir l’animal comme cela peut être le cas d’une infection moins grave. Aux États-Unis, il y a quelques années, un laboratoire a mis au point un vaccin. Celui-ci est toutefois très controversé, le doute sur son efficacité continuant de planer. Un chat infecté ne peut en conséquence être soigné au sens propre du terme. Il peut être traité pour que sa vie soit meilleure et qu’il souffre moins des différents symptômes, notamment ceux qui surviennent lors de la dernière phase.

En effet, une fois que la maladie est déclarée, le chat a besoin de médicaments pour aider son système immunitaire à rester défensif. Des antibiotiques qui sont très lourds sont alors prescrits par le vétérinaire. Ils doivent être pris de manière scrupuleuse. Il revient au propriétaire du chat de l’intégrer dans son planning journalier afin que le félin ne saute pas de doses. Outre les antibiotiques, des corticoïdes sont aussi prescrits et contribuent à soulager grandement le chat. Grâce à ces traitements médicamenteux, l’issue fatale peut être repoussée de plusieurs années. Mais parce qu’il est toujours difficile de voir son animal de compagnie s’en aller, la prévention doit être de rigueur.

Est-il possible de traiter le sida du chat ?

La prévention du SIDA du chat

Les similitudes entre le SIDA du chat et celui de l’Homme ne s’arrêtent pas au niveau des modes de transmission du virus et au caractère dormant de celui-ci pendant plusieurs mois, voir des années. Il existe aussi ici des règles de prévention qui contribuent à réduire l’expansion de l’infection. La première mesure préventive consiste à faire dépister l’animal. Dans la plupart des cliniques vétérinaires il existe des dispositifs SNAP Combo qui permettent de faire l’examen de dépistage en un laps de temps. Du sang prélevé est placé sur le dispositif et quelques minutes suffisent pour avoir le résultat. Que ce dernier soit positif ou négatif, un test de confirmation doit être fait en laboratoire. Il est un peu plus coûteux, mais il permet d’être définitivement fixé.

Une autre mesure préventive, qui fait suite au dépistage, est l’isolation du chat. Qu’il soit sain ou infecté, il est toujours mieux que votre chat reste en intérieur. Pour le chat sain, la raison de cette mesure va de soi. Il ne sera pas exposé aux risques de contamination. Pour le chat infecté, la mesure permet de prévenir de nouvelles infections. Mais qui dit isolation ne dit pas forcément chat seul. Sain ou infecté, rien n’empêche que l’animal puisse cohabiter avec un ou plusieurs autres chats. Cependant, en cas d’infection dépistée, il est nécessaire qu’une bonne interaction existe entre les bêtes. Sans bagarres et sans morsures, les risques de contagion sont nuls. Il va de soi qu’il faut éviter de faire cohabiter un chat sain avec une chatte infectée ou vice-versa. Durant les périodes de chaleur il n’est pas toujours évident d’empêcher des rapports sexuels.

Vivre avec un chat atteint du SIDA du chat

Rien n’empêche de vivre avec un animal atteint du SIDA du chat. Un chat infecté ne devrait donc pas effrayer lorsqu’on veut en adopter un, ce d’autant plus que la transmission de l’animal à l’homme est impossible. Le virus est propre aux chats et à quelques autres félins. C’est donc en toute sécurité qu’il est possible de vivre sous le même toit avec un chat infecté, quand bien même il y aurait des enfants. Il reste possible de jouer avec le chat, et ceci est d’autant plus important pour son bien-être.

Vivre avec un chat malade demande d’imposer une certaine discipline. Il est en effet important que celui-ci puisse prendre ses médicaments dans le strict respect de la prescription du vétérinaire. Le propriétaire du chat doit aussi se préparer psychologiquement à perdre son animal de compagnie à tout moment. Une fois déclarée et réveillée, la maladie suit son cours en affaiblissant progressivement le système immunitaire du chat. Il n’existe pas de durée déterminée pour en arriver à l’issue fatale. Plusieurs éléments rentrent en effet en considération dans l’augmentation de la durée de vie de l’animal. Mais la mort pouvant arriver à n’importe quel moment, il est important de s’y préparer tout en couvrant son chat d’affection. Moins celui-ci est stressé, plus il pourra avoir des jours en plus.

En tant que propriétaire de l’animal, c’est un devoir de veiller à ce que le virus ne prolifère pas. Des mesures doivent en conséquence être prises pour éviter les contacts avec les chats du voisinage s’il en existe. Le virus est présent dans la salive, et il suffit d’une morsure à l’occasion d’une bagarre pour qu’une nouvelle bête soit infectée. Si votre animal est un mâle, il est conseillé de le castrer afin s’éviter tout rapport sexuel avec une chatte du voisinage. Il suffit en effet de quelques minutes à l’extérieur avec votre animal de compagnie pour qu’il saute sur une chatte en chaleur.

Le SIDA pour chat est une pathologie grave qui touche de nombreux chats. Aucun traitement efficace n’existant de nos jours, la vie de l’animal peut tout juste être améliorée, l’issue étant dans tous les cas fatale. S’il est possible de vivre avec un chat infecté par ce virus, il est toujours préférable de dépister l’infection au plus tôt afin de prendre dorénavant toutes les précautions nécessaires pour éviter la propagation du virus.