La tique chez le chat, un fléau

La tique, un parasite qui peut s’attaquer au chat, est un véritable fléau. Il suffit que votre boule de poils se promène seule aux alentours de votre habitation pour être infestée. Il est important d’être vigilant par rapport à la tique chez le chat qui peut transmettre des maladies plus ou moins graves, dangereuses pour l’animal mais aussi pour ses maîtres.

Comment détecter la présence d’une tique chez le chat ?

Détecter la présence d’une tique chez le chat n’est aisé. En effet, celle-ci n’engendre pas forcément de démangeaisons et l’animal se comporte normalement. C’est généralement au moment de brosser votre boule de poils ou en le toilettant que vous découvrez une tique qui s’est incrustée entre ses poils.

Ce parasite, dont la tête est fichée dans la peau de l’animal, se nourrit du sang de ce dernier durant de nombreux jours avant de se détacher et de pondre. Durant cette période, la salive de la tique peut véhiculer des virus, des bactéries ou des microparasites qui peuvent passer dans le sang du chat et occasionner des maladies qui peuvent être sévères. Le risque de contamination est particulièrement élevé dans les 48 heures qui suivent la sustentation du parasite.

La tique chez le chat, ça gratte, ça gratte !

Les maladies transmises par la tique

Il existe plusieurs maladies qui peuvent transmises par la tique chez le chat. D’abord la maladie de Lyme qui engendre de la fièvre et des douleurs au niveau des muscles et des articulations. À noter qu’il peut se passer plusieurs entre la contamination et l’apparition des symptômes. Parmi les manifestations possibles de la maladie, on retrouve aussi des problèmes rénaux, cardiaques, cutanés ou nerveux et les ganglions peuvent gonfler. Seule une analyse de sang peut confirmer le diagnostic.

L’ehrlichiose peut aussi être transmise par la tigue. Une bactérie envahit le sang de l’animal et occasionne des effets secondaires qui peuvent devenir irréversibles. Cette pathologie peut devenir mortelle lorsque la boule de poils est incapable de produire ses propres cellules sanguines.

Il y a aussi l’hémobartonellose féline : un parasite cause la destruction des globules rouges. Le chat est alors sujet à de la fièvre, de l’anorexie, de la perte de poids et ses muqueuses peuvent pâlir voire jaunir. Sans traitement, l’animal peut en mourir.

Protéger le chat contre les tiques

Pour protéger votre animal, il est recommandé d’entreprendre un traitement antiparasitaire en utilisant une pipette ou un spray permettant d’éradiquer à la fois les tiques et les puces. Parallèlement, il faut vérifier régulièrement les poils du chat, surtout après une promenade hors de la maison. Ce contrôle peut se faire avec une brosse en insistant au niveau des plis. Si vous avez un doute, la meilleure conduite reste la consultation d’un vétérinaire.

Si la présence de tique chez le chat est avérée, il est possible de le retirer avec délicatesse avec un tire-tique. En maintenant solidement le parasite, il faut réaliser plusieurs rotations avant de tirer, pour être certain de tout retirer. Si vous tirez sans précaution, c’est ce qui risque de se produire et la tête de la tique peut rester fichée dans la peau du chat, risquant alors de s’infecter.